100%ACTU | Interview | Pascal Quenardel témoigne de son engagement partenarial avec la Maison du Logement

Propriétaire de biens immobiliers à Montpellier, Monsieur Pascal Quenardel entretien un lien partenarial privilégié avec La Maison du Logement. Il nous explique sa démarche et témoigne de son engagement vers “les personnes qui ont envie de s’insérer, de trouver du travail et d’avoir une vie sociale”

 
  • Comment avez vous connu l’Adages ?

    L’Adages m’a contacté suite à une petite annonce que j’avais passée pour proposer un appartement à la location.

    Pour quelles raisons louez-vous vos appartements à des tarifs inférieurs à la moyenne des prix pratiqués sur Montpellier ?

    Je ne recherche pas la rentabilité à tout prix. Il est important pour moi que le locataire soit en mesure de régler son loyer à échéance régulière. Et ce n’est pas parce que ses ressources sont inférieures à “3 fois le montant du loyer” qu’il sera défaillant dans son règlement. Bien au contraire, il peut mettre un point d’honneur à payer son loyer.

    Y a t-il un profil « type » concernant vos locataires ?

    Non, je n’ai pas de profil “type”.

    Quels sont les conditions d’acceptation des dossiers pour la location de vos appartements ?

    L’entretien que j’ai avec le futur locataire, préalablement à la signature du bail, est un élément qui me permet de me faire une idée sur le sérieux de la personne. C’est ainsi que j’accepte souvent de louer à des personnes ne répondant pas aux critères classiques d’acceptation, tels que 3 fois le montant du loyer.

    Avez-vous déjà connu des problèmes avec vos locataires, sachant qu’ils ne sont pas dans la « Norme » des demandes des agences immobilières et des propriétaires « classiques » ?

    Cela m’est déjà arrivé.

    Vous ne demandez aucune garantie concernant le paiement. Comment être sûr que les loyers vous seront versés ?

    L’entretien préalable à la signature du bail est un moyen de faire connaissance avec le futur locataire, et d’appréhender son sérieux. Mais il m’arrive de me tromper, ou que le locataire change de parcours de vie.

    Combien de personnes avez-vous relogé sachant que, sans votre aide, ils auraient eu du mal à trouver un logement ?

    3 personnes grâce au contact avec M. Blanchard, de l’Adages.

  • Immeuble-de-rapport

    Êtes-vous dans une démarche philanthropique et militante ?

    Ma démarche repose sur l’altruisme. C’est une main tendue vers des personnes qui ont envie de s’insérer, de trouver du travail et d’avoir une vie sociale. Ce peut être pour eux un tremplin, un nouveau départ dans la vie.

    Quelle est votre plus « belle histoire » concernant les liens tissés avec vos locataires ?

    Les signes de reconnaissance de mes locataires sont nombreux, que cela passe par une franche poignée de mains à chacun de mes passages, ou une invitation à prendre un café chez eux, ou des gâteaux préparés par leurs soins et qui me sont offerts en signe d’amitié. De mon côté, je suis toujours à l’écoute des problèmes qu’ils peuvent rencontrer, soit par rapport à l’appartement occupé, ou parfois sur des domaines plus privés qui les touchent.

    Doutez-vous parfois de votre action ?

    Comme tout le monde, j’ai des moments de doute, mais mon côté positif et optimiste reprend toujours le dessus.

    Referiez-vous la même chose eu égard aux difficultés que cela peut engendrer ? Apporteriez-vous des modifications à l’avenir ?

    Toute difficulté peut trouver une solution à partir du moment où chacun y met du sien. J’essaie toujours d’y remédier en impliquant le locataire. Son engagement est très important. Pour ma part, je reste cohérent avec la ligne directrice que j’ai fixée au départ, basée sur le respect et la confiance.

    Vos ressentis vis-à-vis des candidats à la location de vos appartements semblent très important dans votre approche ? Comment procédez-vous ?

    J’ai un entretien approfondi avec le futur locataire avant la signature du bail. J’essaie de détecter le mensonge. J’accorderai plus facilement ma confiance à une personne qui me dira la vérité, même si elle est complexe. Tout un chacun peut avoir connu des difficultés. Y faire face et être capable d’en témoigner est un signe de courage.

    Quels conseils donneriez-vous aux personnes en difficulté pour trouver un logement ?

    Il faut toujours garder espoir, rester courtois et poli avec son interlocuteur, être actif dans sa recherche.

Laisser un commentaire