WebTv@dages | Un stage innovant pour se construire | FILM INTEGRAL

  • Le grimpeur doit utiliser son corps mais aussi gérer les angoisses dues à l’ascension, la présence du vide ou la peur de la chute…l’apprenti grimpeur va développer des stratégies pour optimiser ses capacités motrices et prendre conscience de ses capacités : ce double travail du corps et de l’esprit est à la base des éléments éducatifs de l’escalade.

    Grimper implique de trouver les solutions physiques pour répondre au défi psychique et apaiser les conflits générés par la situation (effort, gestion de la peur, dépassement de soi)

    En outre, la pratique de l’escalade est étroitement liée à la notion d’efforts.

    Sur une falaise, le grimpeur doit être actif et donner le meilleur de lui-même pour arriver. Nous retrouvons ici les schémas classiques du dépassement de soi et l’ensemble des aspects bénéfiques de ce type d’activité.

    Le moniteur met le sujet en position favorable pour faire l’effort et l’aide à réussir par l’apport de supports techniques ou d’un soutien moral.

    La répétition et l’apprentissage des situations vont permettre d’établir un lien entre l’effort à fournir et le plaisir de la récompense.

    L’activité est organisée autour de règles de sécurités très importantes. Ne pas respecter ces fondamentaux peuvent mettre directement la vie du grimpeur en danger. Cette confrontation à une situation de « danger » rend souvent évident l’apprentissage des comportements de sécurité ou de la loi interne de l’escalade.

    Le grimpeur évolue dans un cadre précis et se trouve confronté plus globalement à la notion de loi.

    Quand le grimpeur arrive en haut d’une voie, il est récompensé par la sensation de l’objectif atteint. Il vient de poser un acte important dans le processus de valorisation de sa personne.. Il construit un capital confiance qu’il va pouvoir ensuite développer.

    Dans la situation d’escalade, chaque grimpeur « assure » l’autre : il « tient » la corde avec un système de sécurité certes, mais il a « la vie » de son compagnon de cordée à bout de bras. C’est un rapport très important dans l’activité qui permet de l’ancrer dans une réelle dimension éducative. C’est la mise en évidence de l’importance de la relation à l’autre, la collaboration, l’échange et la confiance.

     

     

  • Images : Patrice Aubanel | Educateur ITEP le Languedoc
    Montage : Christophe Llorca | Chargé de communication Adages

Laisser un commentaire