loader image

9 propositions,
pour mobiliser le parc privé à vocation sociale.

Dans le département de l’Hérault, accéder à un logement digne et abordable est devenu de plus en plus difficile pour une grande partie des ménages. La cherté des loyers dans le parc privé, en même temps que la faible part de logements publics sociaux et le taux élevé de pauvreté sur le territoire, expliquent cette situation préoccupante.

La crise sanitaire récente du Covid-19 a également révélé l’importance de la qualité de l’habitat pour leurs occupants en période de confinement (logements exigus en centre-urbain, sur-occupation, passoires énergétiques, etc.). Plus encore, cet épisode a mis en lumière la vulnérabilité des personnes sans logement, et ce, malgré les efforts déployés par les acteurs publics et le monde associatif pour que chacun soit mis à l’abri.

Pourtant, des outils existent pour permettre aux ménages dont les ressources sont modestes ou faibles, d’accéder à des logements décents dans le parc privé et s’y maintenir.


Pour mieux comprendre pourquoi ces outils sont encore peu utilisés sur le département de l’Hérault, la Caisse d’Allocations Familiales de l’Hérault ainsi que l’Agence régionale Occitanie de la Fondation Abbé Pierre ont cofinancé depuis près d’un an une étude-action.

Portée par La Maison du Logement (établissement de l’ADAGES dédié au logement accompagné et à l’habitat adapté), cette étude-action a permis de formuler 9 propositions pré-opérationnelles. Celles-ci ont été élaborées grâce au recueil de pratiques réussies actuellement en œuvre sur plusieurs autres départements (qui connaissent également des tensions sur l’accès au logement), ainsi que grâce à l’expérience des acteurs locaux, régionaux et nationaux de l’habitat.

Ces préconisations mettent en valeur la nécessité d’actions fortement coordonnées entre les différents intervenants (services de l’Etat, collectivités locales, opérateurs de terrains, associations AHI, AIVS). L’objectif est de rendre lisibles et populariser les avantages du conventionnement social ou très social (ANAH) auprès des bailleurs privés. Ceci de façon à les amener à proposer leurs logements aux associations du secteur social ou à l’AIVS Hérault (agence immobilière à vocation sociale), lesquelles ont pour mission de favoriser l’accès au logement de droit commun pour les ménages à revenus modestes.

Sous réserve d’une véritable impulsion politique, ces 9 propositions, développées ensembles (car elles forment un tout), doivent permettre aux acteurs publics locaux de proposer des logements pérennes dans le parc privé aux habitants de leurs territoires.

Vous avez aimé cet article ?
Nb de votes : 3 Note moyenne : 5
Shares

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.