Inauguration du nouveau Siège Social

Les volumes gérés par l’Adages, la diversité des champs d’intervention qu’elle couvre, et donc la diversité de ses financeurs et de ses financements, justifiaient la nécessité de renforcer les effectifs sur les différentes fonctions supports d’un siège social

Shares
Temps de lecture : 6 minutes

Ce nouveau bâtiment permet d’accueillir l’ensemble des collaborateurs du siège social dans des conditions de travail satisfaisantes qui n’étaient de loin plus remplies, dans les anciens locaux de la rue Saint Priest.

Inauguration

Exiguïté, promiscuité, vétusté, inadaptation caractérisaient nos anciens locaux. La raison de cette situation était liée d’une part à l’ancienneté de la construction mais surtout au fait que l’Adages, en un peu plus de 20 ans, a quasiment triplé de volume en termes de nombre de dispositifs déployés, d’usagers accueillis et de salariés.
Comment, dans ces conditions, continuer d’accompagner les établissements et services, et de coordonner, sur le plan du management, de la gestion et du développement, notre association alors qu’elle est passée d’un effectif d’environ 500 salariés en 2000 à près de 1 700 salariés aujourd’hui ?

Les volumes gérés par l’Adages, la diversité des champs d’intervention qu’elle couvre, et donc la diversité de ses financeurs et de ses financements, justifiaient la nécessité de renforcer les effectifs sur les différentes fonctions supports d’un siège social, à savoir :

  • La fonction comptabilité – gestion – contrôle de gestion
  • La fonction gestion et développement des ressources humaines dont la formation, la gestion prévisionnelle des emplois et carrières, la législation et le droit, la gestion de la paie qui revêtent des enjeux très forts aujourd’hui et plus particulièrement la QVT (Qualité de Vie au Travail)
  • – La fonction de gestion des systèmes d’information et informatique devenue primordiale et qui s’est inscrite dans une démarche partenariale regroupant une dizaine d’associations au sein du GCSMS ISI.

À celles-ci, nous avons ajouté au cours du temps trois grandes fonctions :

  • une fonction concernant la communication de l’association
  • une fonction concernant le développement, la réponse aux appels à projets, l’évaluation et la démarche qualité et RSO
  • et, la plus récente, une fonction de coordination dans la gestion du patrimoine immobilier de notre association qui doit entretenir, rénover et parfois reconstruire les sept hectares de bâtiments qui accueillent et hébergent les différentes personnes vulnérables accompagnées au sein de nos établissements et services.

Il nous reste à mettre en place une fonction d’animation et de coordination des achats que nous n’arrivons pas à pourvoir étant donné les niveaux de salaires qui sont proposés sur ces postes dans d’autres secteurs.
L’Adages se devait donc de se doter de locaux permettant à la fois d’accueillir les collaborateurs dans des conditions normales et de mettre en place les fonctions nouvelles dont nous avions besoin pour remplir les missions qui sont les nôtres au cœur du dispositif associatif « adagien ». Après s’être occupé de centaines de versions de PPI pour tous nos établissements, et comme aurait dit Georges Frêche, « le temps du siège social était venu ».

Bénéficier de ce nouveau siège ne nous fait pas oublier que nous menons avec les directions des établissements concernées trois grosses opérations incontournables que sont la reconstruction d’un bâtiment essentiel à l’EEAP Coste Rousse, la restructuration de l’IME les Oliviers et la relocalisation de l’ESAT Peyreficade. Trois opérations qui conditionnent la continuité des accompagnements des enfants, adolescents et adultes qui y sont accueillis, accompagnés ou qui y travaillent.

Nous espérons aboutir sans trop tarder à l’autorisation des premières tranches d’un programme de travaux sur ces seules trois structures évalué à plus de 22 millions d’euros !

Ce nouveau siège illustre l’importance aujourd’hui des fonctions support qui doivent être reconnues et prises en compte pour permettre aux associations de remplir l’ensemble des missions qui leur sont confiées et pour lesquelles elles doivent rendre compte. Ces fonctions sont essentielles pour :

  • apporter leurs expertises et leurs analyses aux instances associatives au moment où les choix politiques et stratégiques associatifs doivent s’exprimer
  • partager avec les directions d’établissements une co-construction des projets et des innovations dans l’offre, l’accueil et l’accompagnement des publics vulnérables
  • assurer le reporting et le suivi des activités et des moyens qui sont déployés dans l’ensemble des établissements et services à l’attention des autorités de contrôle et de tarification dans un contexte de renforcement de la complexité normative et de la contrainte budgétaire.

Entendez notre incompréhension et notre désaccord dans le fait que les revalorisations salariales du processus de revalorisation salariale Ségur Lafourcade et de l’accord de branche sur les métiers socio-éducatifs ont oublié les personnels à la fois logistiques, techniques, administratifs et de direction.

Beaucoup de grilles de ces métiers logistiques sont inférieures au SMIC et les collaborateurs qui les occupent touchent de très petits salaires sur des temps partiels.

Nos associations fonctionnent selon plusieurs principes essentiels dont celui de l’équité de traitement qui s’applique à la fois aux publics accompagnés mais aussi à nos salariés. Il n’y a pas, dans notre secteur, un métier plus important qu’un autre et l’on sait parfaitement que chacun contribue depuis sa place à la qualité des prestations qui vont être délivrées aux personnes vulnérables que nous accompagnons. Notre demande, c’est l’application des revalorisations de salaire pour tous les métiers de nos secteurs.

La non-attribution de ces revalorisations à 33,5% de nos collaborateurs vient bien évidemment aggraver une crise du recrutement extrêmement préoccupante. Les postes du siège social et les postes de direction ne sont pas épargnés. Nous sommes en très grande difficulté pour recruter les compétences dont nous avons besoin pour exercer nos missions au moment où nous avons eu soit des départs soit des mobilités.

C’’est aujourd’hui une grande partie de nos emplois qui est désormais confrontée à une perte d’attractivité, ce qui vient incontestablement mettre en péril la capacité de nos organisations à assurer la continuité des soins des accompagnements mais aussi de toutes les activités qui y contribuent.

Nous espérons à travers les actions que nous menons sur le plan régional et national, avec toutes les fédérations unies du secteur, pouvoir faire entendre cette réalité au plus haut niveau du gouvernement.

[yasr_visitor_votes]
Magadages.LIVE
Magadages.LIVE
Santé mentale et logement

Santé mentale et logement

La crise sanitaire et les confinements successifs ont révélé à quel point la qualité de notre logement (taille, insalubrité etc.) était un déterminant majeur de notre santé mentale.

Magadages.LIVE
Magadages | Plan Logement d’Abord

Magadages | Plan Logement d’Abord

L’une des priorités de l’Adages est de favoriser l’inclusion des personnes. Le mal logement a de nombreuses conséquences, notamment l’exclusion sociale.
Chaque jour, l’Adages et l’ensemble de ses collaborateurs s’impliquent sur le territoire pour trouver des solutions notamment Plan Logement d’Abord

Magadages.LIVE
Magadages | L’adages face à la crise de la Covid 19

Magadages | L’adages face à la crise de la Covid 19

De ces jours difficiles, je retiendrai que les valeurs que nous défendons à l’Adages, pour le soutien des populations les plus vulnérables, ont permis que notre association, dans ce contexte exceptionnel, ait pu continuer à assurer ses missions.